HTA aux urgences


  • StenoseARenale.pdf
  • Cf. Loxen

    HTA + hypoK = HyperMineraloCorticisme

    Chez les patients ayant une poussée hypertensive, le taux d’événements indésirables dans les sept jours est faible, même dans les cas de hausse extrême de la tension artérielle. Patel et coll.

    ATTENTION à l'HTA trés élévée et donc de l'épistaxis: rechercher un AIT par l'interrogatoire et faire un examen neuro.

    Consensus 1994 modifié 2005

    Aux urgences, les seules HTA nécessitant un Tt en urgence et hospitalisation sont les grade 3 avec retentissement clinique:

    En dehors de ces cas, pas de Tt aux urgences et prévoir une consultation très rapide allant de un jour à une semaine en fonction du stade.

    Note: un FO est donc indispensable pour ne pas Traiter en urgence !?

    Les accidents vasculaires ischémiques

    Débuter un traitement à 22 de systolique et 13 de diastolique. Veiller à ce que la baisse n'excède pas 25% de la PAM de départ dans les 2 heures qui suivent la mise en route du Tt.

    Les accidents vasculaires hémorragiques

    Réduire la pression artérielle lorsque la moyenne est supérieure à 130 mmHg. Limiter cette baisse à 25% en 2 heures.

    Les hémorragies méningées ou sous arachnoïdiennes

    Ne pas traiter l'HTA lorsqu'il existe un trouble de conscience au risque d'induire une aggravation des lésions. En l'absence de ces signes, l'HTA étant un facteur favorisant le saignement, il est recommandé de la traiter en IV (labetalol, hydralazyne). Secondairement, le risque d'ischémie par vasospasme était important, l'administration par voie intraveineuse d'un antagoniste calcique (nimodipine) permet de le prévenir et de réduire l'incidence des accidents ischémiques cérébraux.

    HTA et défaillance cardiovasculaire

    Cf. 1994

    HTA et insuffisance coronaire

    maintenir une systolique au dessous de 180 mmHg et une diastolique au-dessus de 80mmHg afin de ne pas compromettre la circulation coronaire.

    HTA et dissection aortique

    faire baisser la tension artérielle jusqu'à 100-120mmHg. L'analgésie doit être systématiquement associée pour arriver à cet objectif.

    HTA au cours d'intoxication

    Certaines intoxications (cocaïne, amphétamine, LSD, phénylpropanolamine, phencyclidine, l'ecstasy, la kétamine, le parathoxyamphétamine et par des aliments ou des médicaments interagissant avec les inhibiteurs de la monoamine oxydase.) sont réputées induire des poussées hypertensives par un puissant effet sympathomimétique. Le traitement anti-hypertenseur fait partie intégrante de la prise en charge de l'intoxication.

    HTA maligne et encéphalopathie hypertensive

    L'encéphalopathie maligne se définie par l'association de céphalées, nausées plus ou moins vomissement, vision floue, altération des fonctions supérieures et crises convulsives. Une rétinopathie de grade 3 ou 4 doit y être associée. Le diagnostic doit être affirmé par le fond d'oeil. Les patients doivent être hospitalisés immédiatement en réanimation et le traitement (urgent mais progressif) doit aboutir à une vasodilatation progressive permettant une réhydratation.

    Demander

    CAT

     le NEJM [Acute Severe Hypertension NEJM 2019] propose un algorithme de gestion des HTA aigües sévères (TA> 180/120).

    Concernant les traitements à donner lors de ces crises, si une hospitalisation est nécessaire, le labetalol et la Nicarpidine = LOXEN IV sont à privilégier.

    En cas de crise hypertensive sans symptômes (qui peuvent être des céphalées, douleurs thoraciques atypiques, dyspnée, étourdissement, vertiges et épistaxis) , les traitements à privilégier sont la clonidine (0.1 à 0.3 mg), le labetalol (200 à 400 mg), le captopril (25 à 50 mg), et la prazosine (5 à 10 mg).

    Notons que la nicardipine est peu étudiée per os, et que la nifédipine ne doit pas être utilisée car d'efficacité trop variable pouvant entrainer un sur-risque cardiovasculaire.

    Protocole SAMU 69

    En fonction de l’'étiologie :

    Encéphalopathie hypertensive :

    Objectif tensionnel : faire baisser la PAD < 105 mm Hg

    Urapidil: 25 mg en 20 s, à répéter à 5 min si nécessaire

    puis si insuffisant 50 mg en 20 s à 10 min

    puis PSE 9-30 mg / h

    AVC ischémique et hémorragique :

    Respecter l'’HTA, sauf si > 230 / 140 mm Hg ou mauvaise tolérance cardiaque associée

    Hémorragie sous-arachnoïdienne :

    Baisse progressive de la TA dans les premières heures

    Objectif tensionnel : faire baisser PAS à 160-180 mm Hg et la PAD < 105 mm Hg

    Nicardipine 10 mg / 10 ml, débuter à 1 mg / h, puis augmenter par paliers de 1 mg / h

    HTA Chronique - Tt non médical

    Sources